Reiki, Santé

Témoignage : Comment le reiki m’a guérie

Plusieurs mois après avoir guérie du vaginisme, j’ai (encore) eu un étrange problème au niveau de mon intimité. Eh oui je n’ai pas de chance je fais partie de ses filles qui sont impactée à ce niveau à la première contrariété (par les mycoses à répétition par exemple). Mais cette fois ce n’était pas une mycose comme je l’ai cru au départ : c’était une énorme sécheresse vaginale, à tel point que moi même je n’arrivais pas à me faire mouiller, impossible, sec, le désert ; je ne comprenais pas ça ne m’étais jamais arrivé même en ayant du vaginisme !

Le « c’est psychologique » des médecins

Les médecins qui ne trouvent pas disent que vous n’avez rien.
Je suis allé voir plusieurs médecins et plusieurs gynéco à de multiples reprises qui m’ont tous fait des analyses et qui m’ont tous fatalement dit que « je [n’avais] rien du tout ».
Foutage de gueule puissance 1000 : comment ça je n’ai rien du tout !? Je sais bien qu’un truc ne tourne pas rond !
Et c’est à ce moment qu’on vous sort la phrase qui tue, celle qui les décharge de tout et qui explique tout (alors qu’en fait le vérité c’est tout simplement qu’ils ne savent pas ce que vous avez) « c’est psychologique » Ah oui super, et je fais quoi moi maintenant ? Zéro solution !Je ressortais déprimée à chaque consultation.

Retour à zéro : trouver un bon hypnothérapeute

En désespoir de cause j’ai fini par fouiller sur le net et je me suis crue atteinte de je ne sais plus quel pathologie qui se soignait avec des huiles essentielles. Bref fausse piste mais en parallèle je me suis dit qu’il était temps que je trouve un bon hypnothérapeute en Bretagne (là où j’ai déménagé) et que ça, ça pourrait sûrement m’aider (puisque l’hypnothérapeute consulté dans le Sud de la France m’a bien guérie du vaginisme!).

L’ondobiologie et le reiki

Il m’était également resté en tête que ma cousine – atteinte de l’endométriose – consultait un « ondobiologiste » et que ça l’aidait et la soulageait beaucoup. Pourquoi pas essayer ça également ?
J’avais guérie du vaginisme, je n’allais pas me laisser abattre par autre chose encore à ce niveau là !
Ma cousine m’avait aussi dit que son ondobiologiste lui avait conseillé de passer le premier degré de Reiki car cela pouvait grandement l’aider à supporter ou soulager sa douleur.
Bon reiki, ondobiologie, hynose, quelque chose allait bien marcher.

L’annuaire des thérapeutes

Je suis allé sur le site : https://www.annuaire-therapeutes.com/
(que j’ai trouvé je ne sais plus comment) et j’ai trouvé un thérapeute qui proposait tout : hypnose, ondobiologie, reiki et d’autres encore.
Il avait également les diplômes et l’expérience. Et devinez quoi ? Lui il a réussi à me guérir ! (Voire mes 7 conseils pour trouver un bon thérapeute).

L’avantage d’aller voir un thérapeute aux multiples domaines d’exercices

Je suis donc allé voir ce monsieur, je lui ai d’abord fait par de mon historique personnels (vaginisme soigné par l’hypnose), je lui ai rapporté les conseils de ma cousine et je lui ai finalement exposé mon problème : sécheresse vaginale. Et je lui ai expliqué que j’étais venue le voir car il pratiquait aussi l’ondobiologie.
Une fois la surprise passée de voir qu’une jeune connaisse et soit si encline à ces médecines alternatives il a hésité entre hypnose et ondobiologie, puis finalement s’est décidé pour l’ondobiologie en premier lieu.

La séance d’ondobiologie

Nous nous sommes donc revu pour une seconde séance (la première étant la prise de contact) et il a pratiqué l’ondobiologie (à mes yeux l’ondobiologie n’est rien d’autre que la pratique du magnétiseur en plus poussée et plus précise) en plaçant ses mains quelques centimètres au dessus de moi, à des endroits précis connu de lui même seulement. (ll a du m’expliquer que cela correspondait à des canaux d’énergies qui circulent dans le corps etc mais je ne vais pas me lancer dans ces explications).
A un moment, il m’a dit que ça ne fonctionnait pas et qu’il allait essayer une autre technique. Je n’ai pas bougé, qui a continué à placer ses mains au dessus de moi.

Lorsqu’il a terminé il m’a dit qu’il avait utilisé une technique de reiki, que ça avait fonctionné et que c’était « le shakra sacré (situé trois centimètres sous le nombril et qui correspond à l’intimité) qui était totalement fermé »
J’étais interloquée. Il m’a donc expliqué que ça pouvait venir d’un choque psychologique. Et là : dans mon incompréhension la plus totale j’ai repensé à un événement que j’avais mal vécu en enfouie sans m’en rendre compte et ça m’a fait monter les larmes au yeux jusqu’à carrément fondre en larme.
Face à ma réaction le thérapeute m’a dit « ah, alors soit vous me faites vraiment confiance soit j’ai du débloqué quelque chose ».

Et effectivement, il avait bien débloqué quelque chose puisque très peu de jours après l’avoir consulté ma sécheresse vaginale a disparue (je dois aussi mentionner qu’il m’avait prescrit un petit traitement selon lui très efficace pour reformer la flore vaginale – je peux vous le transmettre sans soucis il se procure sans ordonnance).
Les deux combinés j’ai enfin retrouvé ma liberté et ma santé génitale.

Ma seconde expérience du reiki

Plus courte celle-ci. J’étais allé voir une amie maître reiki quelques semaines avant mon mariage pour voir si elle pouvait éventuellement faire disparaître mon acné.
J’ai donc eu droit à une vrai séance de reiki de A à Z.


A la sortie elle m’a dit qu’elle avait senti quelque chose au niveau du tibia droit. Et là surprise : ah oui c’est vrai que ça me faisait mal à cet endroit quand je faisais du vélo elliptique à la salle de sport ! Lol. Je ne lui en avait pas parlé, je l’avait même totalement oublié. Elle a donc su sans en être informé, preuve pour moi que le reiki a donc une réelle efficacité, et un réel impact sur la santé.
L’acné n’a pas disparu par contre l’étrange douleur venue d’où je ne sais où si.

Conclusion de mes expériences : hypnoses, ondobiologie, reiki

Voilà c’était un témoignage plus court que pour le vaginisme (je ne vais pas me plaindre d’avoir moins de problèmes ^^) mais je tenais à le publier quand même car cela peut aider des femmes souffrant de choses dont les médecins nient l’existence ou bien ne savent pas vraiment soigner de manière efficace.

Mon dernier conseil est donc : de ne jamais arrêter d’essayer de trouver ce qui peut vous aider. Les alternatives existent et fonctionnent. Il suffit juste de se donner les moyens de trouver le bon thérapeute et de ne surtout pas se décourager, la vie qui vous attend en vaut la peine.

Articles du même sujet : 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s